L O M É  L I V E S  H E R E !

Togo - Koffi Ahadji-Nonou relance le débat sur les droits de l’homme et développement


Société
LomeChrono | | 1 Commentaires |Imprimer Lu : 507 fois

L’ancien président de l’Université de Lomé publie un ouvrage intitulé « Droits de l’homme et développement en Afrique sub-saharienne : théories et réalités » dans lequel il confronte les théories de développementalisme et du libéralisme.

L’auteur est bien connu des Togolais. Agrégé de droit public et de science politique, professeur titulaire de l’Université de Lomé, actuellement membre de la Cour Constitutionnelle, Koffi Ahadji-Nonou dans son chef-d’œuvre de 141 pages, publié par les Presses de l’Université Toulouse I Capitole, est revenu sur les relations entre droits de l’homme et le développement en Afrique noire.

Tout en soulignant que les droits de l’homme sur le continent africain n’occupent pas une bonne place, l’universitaire se demande s’ils sont un « luxe » réservé seulement aux « pays riches» ou si les Africains peuvent également en jouir dignement.

L’auteur n’est pas sentencieux mais invite à la lecture des théories de développementalisme et du libéralisme qui n’ont pas donné les résultats escomptés. « La première établit que seul le développement économique pourrait assurer la garantie des droits humains par l’Etat et qu’il faudrait procéder à une hiérarchisation de ces droits - les “droits du peuple” privilégiés au détriment des “droits individuels”. La seconde pose, par contre, que la liberté ne devrait souffrir d’aucune compromission car elle seule permet une bonne politique de développement».

Il se dégage dès lors des limites de chacune d’elles et l’auteur d’inviter les uns et les autres « à l’identification des véritables priorités pour l’Afrique sub-saharienne ainsi qu’à la découverte des bons leviers de développement dont a besoin cette partie du continent ».

L’ouvrage comprend en tout quatre chapitres contenus dans deux parties: la première titrée « des théories contradictoires dans leur énoncé », et la deuxième, « des théories quasi convergentes dans leurs effets pratiques ».

A.H.



Togo 40 morts sur les routes dans la seule moitié du mois de décembre 
Togo 'Togo, une terre d’hospitalité, d’opportunité et de départ' 
Togo L’ATC appelle la population à la vigilance en cette période de fête de fin d’année 
Togo Kara : Une foire se déroule autour des enjeux du secteur informel à l’heure du net 
Togo 500 millions de FCFA destinés à la promotion de l’apiculture 
Togo Après l’édition 2018 de la FIL, place à la 34è édition de la quinzaine commerciale de Lomé 
Togo YALI-Togo : L’Union fait la force 
Togo Messanvi Gbeassor et Comlan de Souza pionniers des recherches en plantes médicinales 
Togo Vers une nouvelle étiquette pour le parc national Fazao-Malfakassa 




 1   Clement GAVI | Lundi, 15 Octobre 2018  - 3:40
 
La notion des Droits de l'Homme s'inscrit précisément dans une priorité. Celle qui considère que des que l'homme est, il a des droits et ces droits sont imprescriptibles. L'idée des Droits de l'Homme émerge de cette conviction. Alors, si l'on l'a compris, les Droits de l'Homme sont une priorité. Ainsi la question de savoir ' s’ils sont un « luxe » réservé seulement aux « pays riches» ou si les Africains peuvent également en jouir dignement.' n'a plus de pertinence. Pourquoi, parce que l'homme qui a des droits n'est pas homme parce qu'il est d'un pays riche ou d'un pays pauvre.

C'est ce que Aristote a voulu démontrer en inventant le mot 'essence'. Où l'essence est dans une réalité sensible quelconque ce sans quoi, une chose ne serait pas ce qu'elle est. L'essence de l'homme n'est pas d'être riche ou pauvre, grand ou petit, beau ou vilain, etc.

Ainsi, les Droits de l'Homme transcendent ces 'accidents' pour s'enraciner dans l'essence, c'est à dire dans cela qui distingue les hommes des autres êtres. Il est à mon sens regrettable qu'un Agrégé de droit public et de science politique se pose une telle question. Comme s'il doutait que les droits de l'homme se réfèrent à l'essence même de l'homme. Mais comme il est membre de la cour constitutionnelle d'une tyrannie qui a fait du mépris des droits de l'homme un principe, sa perception et conception de la question des Droits de l'Homme deviennent compréhensibles.

Je ne suis ni agrégé de quoique ce soit, ni professeur. Mais en toute certitude, si je l'étais, ma conception des Droits de l'Homme est telle que je ne pourrai jamais être membre de la cour constitutionnelle d'une dictature sanglante qui n'a que faire de la constitution. Parce que si j'ai su, mon savoir est appelé à se manifester dans mon être, c'est à dire, dans ma conduite. Je ne serai jamais membre de la cour constitutionnelle d'un régime aussi tyrannique, aussi violent, aussi arbitraire que cette dictature qui représente la mort, la souffrance à des millions sur cette terre.

C'est dans la vision que l'on reconnait celui ou celle qui a vu la lumière et c'est dans l'acte que l'on reconnait celui ou celle qui a vu la réalité telle qu'elle est.
PLUS COMMENTÉS
1 Togo  - 40 morts sur les routes dans la seule moitié du mois de décembre

2 Togo  - Kara : Une foire se déroule autour des enjeux du secteur informel à l’heure du net

3 Togo  - Après l’édition 2018 de la FIL, place à la 34è édition de la quinzaine commerciale de Lomé

4 Togo  - Messanvi Gbeassor et Comlan de Souza pionniers des recherches en plantes médicinales

5 Togo  - Ce qu’il faut retenir de la campagne de visite annuelle des navires de servitude battant pavillon togolais

PLUS POPULAIRES
1 Togo  - Licence professionnelle en langue étrangère appliquée à l’Université de Kara

2 Togo  - 40 morts sur les routes dans la seule moitié du mois de décembre

3 Togo  - Le meilleur joueur de Getafe de la dernière saison est togolais

4 Togo  - 'Togo, une terre d’hospitalité, d’opportunité et de départ'

5 Togo  - L’ATC appelle la population à la vigilance en cette période de fête de fin d’année


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Mention légale | Partenaires