L O M É  L I V E S  H E R E !

Togo - Ecole International d'Aviation : des étudiants sommés de payer 20 000FCFA pour leurs diplômess


LomeChrono | | Commenter |Imprimer Lu : 1506 fois

Des étudiants en fin de cycle peinent à entrer en possession de leur diplôme de fin de formation à l’Ecole Internationale d’Aviation. Pour cause, l’administration demande aux étudiants de payer 20 000 FCFA avant ce diplôme qui n’est d’ailleurs pas certifié par l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA). Après moult démarches les étudiants aux abois ont pris contact avec la Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE). C’est alors qu’après enquête, auprès du ministère, celle-ci se rend compte que l’Université privée qui dit former des touristes et des hôtesses n’est pas reconnue. En conférence de presse, ils ont dénoncé cet état de chose et interpeller le ministère de tutelle sur le cas. Aussi, parents d’élèves et parents ont été prévenus ! Lire la déclaration !

Dix-huit mois après leur formation, les étudiants de l'école internationale de l'aviation n’ont pas encore obtenu leur diplôme. Non seulement l'attestation ne leur avait été délivré qu'après 15 mois mais aussi et surtout le Coordonnateur leur demande de verser 20000F avant de retirer ce papier (diplôme) avec lequel ils ne pourront jamais travailler ni au Togo ni à l'extérieur du pays. Tout d'abord parce que l'école n'est pas, selon nos informations, agréée par le ministère de l'enseignement supérieur, ensuite parce que les étudiants n'ont pas été certifiés par IATA.

En revanche, le coordonnateur leur demande encore de payer avant d'obtenir leur attestation de chômage. Oui, l'Ecole Internationale d'1
Aviation ne forme que des chômeurs. Ils ont abusé de la confiance des étudiants et de leurs parents. Ils les ont roulés dans la farine. Ils les ont escroqués.

On leur a dit qu'un stage leur sera trouvé à la fin de la formation. Mais hélas! Ce n’est pas le cas. On leur a dit qu'ils trouveront du travail juste après les neuf mois de formation. Mais hélas ! C'est en vain qu'ils ont payés les 800000CFA. Ils ont jetés leur argent par la fenêtre. Ils ont perdu deux ans et demi à croire à un mythe qui n'existait pourtant pas. Leur parents ont dépense tout ce qu'ils avaient dans une formation sans issue. Justice doit donc être rendue aux étudiants.


Que s'est-il réellement passé pour qu'on en arrive là ?

Le 18 novembre 2017, c'est-à-dire 18 mois après la formation, une cérémonie de remise de diplôme aux étudiants avait été organisée au palais des congrès par l'école internationale d'Aviation.
50 étudiants sur 56, avaient boycotté la cérémonie parce qu'il leur était demandé de payer 20000F de frais supplémentaires avant de retirer leur diplôme. Ces 20000F, selon le Coordonnateur, constituent les frais de location de la toge que les étudiants doivent porter à la séance. Les 50 étudiants ont vu que s'en est de trop et ont préféré passer retirer leur diplôme dans l'école sans autre protocole.

Le lendemain, les 50 étudiants s'étaient rendus dans l'école pour retirer leur diplôme. Mais fait étonnant, le coordonnateur s'oppose et exige d'abord qu'ils paient les 20000F. Les étudiants de façon unanime ont une fois encore dit qu'il n'en était pas question. Si donc vraiment les 20000F servent de frais de location de la toge, en principe ils ne doivent plus payer: Un litige aux conséquences multiples et dangereuses est ainsi né.

Quelques jours après, les étudiants sont revenus dans l'école pour la même cause. Mais cette fois-ci, ils ont par surprise rencontré le fondateur Capt ADESINA. C'est ainsi que celui-ci demanda au DG de remettre aux étudiants le diplôme sans autre formalité. Le Directeur Général accepta et demanda aux étudiants de revenir un autre jour.

Au moment convenu, les étudiants se sont encore déplacés. Mais ils étaient interdits d'accès à l'école. La consigne était claire. Ces derniers ne doivent ni rentrer ni s'asseoir sur les chaises de l'école.
Ahuris par le traitement qu'on les infligeait, ils ont contacté le fondateur. C'est alors que celui-ci change aussi de langage et déclare qu'il ne savait pas que le règlement intérieur de l'école obligeait tous les étudiants à payer ces frais. Il proposa aussi aux étudiants de payer lui-même 5000F par tête. Les étudiants ont encore dit qu'ils ne paieront même pas un seul centime.

Ils sont repartis et revenus cette fois ci avec leurs parents. Après une longue attente de 08 à 19h devant l'école. Un " diplôme " leur a été délivré. Mais quel genre ? Un diplôme sur lequel le nom de la filière avait été faussé et qui de plus comportait des choses bizarres.

Mais avant, le directeur leur avait dit que s'ils remarquaient une erreur sur le diplôme de faire la copie et d'introduire une demande de rectification. Il est donc clair que celui-ci avait conscience de l'erreur volontaire qu'il a faite sur les diplômes des étudiants, confortant ainsi sa mauvaise foi et sa volonté de nuire aux étudiants.
Ne pouvant plus, les étudiants ont saisi la Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE).


Après saisine, nous avons commencé par mener nos enquêtes pour voir le fond du sujet. C'est alors que nous avons découvert que :

1-l'école n'est pas agréé par le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.

2-les clauses du contrat liant les étudiants à l'EIA n'étaient pas respectées: Les stages promis n'ont pas été offerts aux étudiants. Et les rares qui l'ont fait, ont dû lécher les bottes du DG, qui de plus les avaient envoyé non pas pour un stage pratique mais pour un tourisme au port.

3-les étudiants ne peuvent travailler avec ce diplôme faute de certification IATA. Les rares qui ont pu trouver quelque chose à faire sont mal rémunérés.

4-le DG a fait perdre 18 mois de chance aux étudiants

5-l'école ne tient pas de comptabilité. Ce qui a un impact sur le montant de l'impôt qu'elle paie.

6-certaines filières mentionnées dans les publicités passés sur les médias et reproduits sur les tracts n'existent pas dans l'école. C'est dire qu'aucune formation de pilote et d'hôtesse de l'air n'existe dans cette école fantôme et pourtant le DG prend les 800000F chez les étudiants et les orientent vers des filières d'un coût de formation de 700000F

7-une nouvelle école dénommée AFRIC AIR forme les étudiants dans les mêmes filières avec des certifications IATA mais à 60000F par an.

8-On fait payer aux étudiants des frais d'examen s'élevant à 30000F comme s'ils passaient un concours national.

9- l'école internationale de l'aviation est un centre de formation par excellence des chômeurs.

Pour donc vérifier toutes ces informations et lui transmettre les aspirations des étudiants, le Président National de la LTDE a demandé à rencontrer le DG.

Mais c'est en vain que nous nous sommes heurtés à l'égocentrisme et à l'arrogance de ce Monsieur.

Eut égard donc à tout ce qui précède, il est souhaitable que l'école internationale d'Aviation soit fermée et que ces responsables soient poursuivis pour faux et usages de faux, vol, perte de chance et menaces d'un syndicaliste et que les frais d'inscription des étudiants leur puissent être retournée afin de leur permettre de passer la certification IATA grâce à laquelle ils pourront obtenir un vrai diplôme qui leur permettra d'être employable et de travailler dans tous les pays du monde.

Par ailleurs, nous demandons aux parents d'étudiants qui continuent de fréquenter dans cette école de prendre leur responsabilité pour éviter à leurs enfants et à eux-mêmes de subir le même sort que les étudiants sortants.

Aussi, nous mettons en garde tout ceux qui sont tentés de s'inscrire ou d'aller s'inscrire dans cette école qu'ils le font à leur risque et péril.
Cette école ne peut donner mieux que le chômage et l'hypertension.
Méfiez-vous donc car tout ce qui brille n'est pas de l'or.

Fait à Lomé, le 20 décembre 2017

Pour la LTDE,
Le Président National,
Foly SATCHIVI

Pour les étudiants de l'IEA,
Le Président du comité ad hoc,
SONCY Eric



Togo Licence professionnelle en langue étrangère appliquée à l’Université de Kara 
Togo Les enseignants d’universités africaines renforcent leurs capacités à l’Université de Kara 
Togo BAC: L'inscription se fait désormais par voie électronique 
Togo CAMES/Agrégation de médecine 2018 : La bonne moisson des Universités publiques 
Togo Akou-Edi Joëlle, Miss Mathématiques 2018 
Togo Université privée : L’American intitute of africa dans de beaux draps 
Togo L’année académique à l’Université de Lomé démarre avec d’importants signes 
Togo Lomé accueille un forum sur la coopération entre le Togo et le Maroc 
Togo Le ministre met en garde les enseignants des Universités publiques qui privilégient le privé 



PLUS COMMENTÉS
1 Togo  - 40 morts sur les routes dans la seule moitié du mois de décembre

2 Togo  - Kara : Une foire se déroule autour des enjeux du secteur informel à l’heure du net

3 Togo  - Après l’édition 2018 de la FIL, place à la 34è édition de la quinzaine commerciale de Lomé

4 Togo  - Messanvi Gbeassor et Comlan de Souza pionniers des recherches en plantes médicinales

5 Togo  - Ce qu’il faut retenir de la campagne de visite annuelle des navires de servitude battant pavillon togolais

PLUS POPULAIRES
1 Togo  - Licence professionnelle en langue étrangère appliquée à l’Université de Kara

2 Togo  - 40 morts sur les routes dans la seule moitié du mois de décembre

3 Togo  - Le meilleur joueur de Getafe de la dernière saison est togolais

4 Togo  - 'Togo, une terre d’hospitalité, d’opportunité et de départ'

5 Togo  - L’ATC appelle la population à la vigilance en cette période de fête de fin d’année


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Mention légale | Partenaires