L O M É  L I V E S  H E R E !

Togo - Qu’a-t-on fait de la loi sur la liberté d’accès à l’information ?


PRESSE- Presse togolaise
LomeChrono | | 1 Commentaires |Imprimer Lu : 356 fois

En mars 2016, les députés ont voté la loi sur la liberté d’accès à l’information. Et, avait-on dit, les journalistes et toutes personnes désireuses d’avoir des informations à des fins utiles auprès de l'administration publique et autres, peuvent y avoir accès facilement. Comme une loi de plus, elle est restée sans effet.

La preuve, les médias internationaux accusés de traiter partiellement les informations ont été clairs. Joindre une autorité pour avoir quelques informations que ce soit est un parcours de combattant. Pire, l’on peut se voir raccrocher au nez. Dans de pareilles circonstances, seule la voix de ceux qui acceptent s’exprimer est portée loin. Point n’est besoin d’inventer quoi que ce soit.

« Certains médias étrangers profitent de leur force de rayonnement et de leur puissance tous azimuts et ne font pas parfois l’effort d’œuvrer à l’apaisement, au développement national et au renforcement de la démocratie par un traitement équilibré et le respect scrupuleux de l’objectivité et de l’impartialité. Se cantonner à un seul son de cloche aujourd’hui, demain et après-demain, ça nous décrédibilise », c’est en substance ce qu’a laissé entendre Pitang Tchalla à la rencontre jeudi dernier avec les correspondants de la presse internationale.

C’est sans compter les difficultés que rencontrent les journalistes pour recueillir les informations, surtout de l’administration et des institutions. Les protocoles, des rendez-vous aux calendes grecs, des ministres ou Directeurs qui ne sont toujours pas disposés à parler, c’est le quotidien de ces hommes de médias qui tentent d’avoir des informations. Dans la mesure où ceux-ci se heurtent au silence de ces responsables, ils ne peuvent que passer les informations qui sont à leur disposition.

Jeudi, l’un des confrères a rétorqué : « Dieu seul sait combien de nos collègues ont attendu le samedi l’appel d’un ministre de 17h jusqu’au petit matin sans que celui-ci ne rappelle alors qu’il a promis de rappeler. Dans ces conditions, c’est difficile de faire ce travail comme vous le souhaitez. Au niveau des institutions, il y a un problème de communication ».

Se présenter comme journaliste à une institution est déjà un blocage pour que votre demande soit remontée. Et c’est dans ces conditions où l’information évolue à chaque seconde qu’il faudra attendre que Monsieur le Ministre ou le DG revienne à de meilleurs sentiments pour donner suite au demande du journaliste.

Qu’est-il advenu de la loi de mars 2016, s’est interrogé un confrère ? Et d’ajouter : « Si ceux qui sont censés donner les informations sont muets comme des carpes, bienvenues les rumeurs et la désinformation ».

Le gouvernement souffre du problème de communication. Les confrères ont émis un vœu : Que le gouvernement mette à la disposition des journalistes un porte-parole à qui ils peuvent s’adresser. Ou peut-être ignorent-ils le poids que joue la presse dans un pays ?

M E




Togo Le CONAPP ouvre ses portes au public 
Togo TVT et Radio Lomé : bientôt un auditorium de 3 milliards financé par la Chine 
Togo Une distinction de plus pour Fousseni Saïbou 
Togo Une cagnotte de 100 000 millions de Fcfa pour les médias 
Togo La HAAC dit 'n’avoir reçu aucune demande d’accréditation pour Emmanuelle Sodji' 
Togo Kouessan Yovodévi reconnait le manquement des médias d’Etat 
Togo Tentative d’agression d’un journaliste : Sept associations réagissent 
Togo La presse étrangère accréditée au Togo dans le viseur de la HAAC 
Togo Marche du PNP : La HAAC contre les médias publics 




 1   Les usurpés de la Liste | Samedi, 26 Août 2017  - 11:26
  Parlant de la liste de la minorité mangeuse au Togo. Je viens lire certains noms des togolais residants en Allemagne qui complètent cette liste. Je ne crois pas que groupe UNIR de l'Allemagne existe encore à moins que quelqu'un d'entre eux ne vienne dementir ce que je dis ici. Je crois avoir entendu qu'ils n'ont jamais été acceptés par la base c'est à dire UNIR-TOGO. Même une visite d'un membre d'UNIR du Togo comme le font les partis de l'opposition en venant concerter avec leurs adherants en Europe, ils ne l'ont jamais eu. Donc le groupe s'est desintegré il y a long temps et plus de reunion de la part de ce groupe. Ils avaient carement oublié le caractère hermetique de ces barons qui ne veulent plus sentir quelqu'un parmi eux. De Grâce, epargnez leur cette malediction en citant leurs noms parmi les ceux de la minorité mangeuse au Togo. A mon avis il n'y a plus UNIR-RFA comme ils se reclamaient dans le passé. Si je mens, qu'un d'entre eux vienne dementir ce que je raconte. Merci.
PLUS COMMENTÉS
1 Togo  - Les maux de l’administration révélés au grand jour

2 Togo  - Stade de Kégué : Dix milliards de Fcfa de la Chine pour sa rénovation

3 Togo  - Tsévié: un homme tente de donner en sacrifice un enfant de deux mois

4 Togo  - Gilbert Bawara juge la plateforme des enseignants 'irrationnelle' et 'incompréhensible'

5 Togo  - Prison civile de Lomé : La Miss Togo lance son projet social

PLUS POPULAIRES
1 Togo  - Trois secteurs dans lesquels compte investir la Banque Mondiale

2 Togo  - Les maux de l’administration révélés au grand jour

3 Togo  - Stade de Kégué : Dix milliards de Fcfa de la Chine pour sa rénovation

4 Togo  - Tsévié: un homme tente de donner en sacrifice un enfant de deux mois

5 Togo  - Gilbert Bawara juge la plateforme des enseignants 'irrationnelle' et 'incompréhensible'


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Mention légale | Partenaires