L O M É  L I V E S  H E R E !

Togo - Gerry Taama : 'Vive la Gambie, vive le Togo'


Politique
iciLome | | Commenter |Imprimer Lu : 839 fois

Depuis la semaine dernière, la Gambie a connu l’alternance politique après 22 ans de gouvernance de Yaya Jammeh. Depuis lors, les Togolais, les acteurs politiques en l'occurrence, ne cessent de commenter l’actualité gambienne en comparaison à la situation politique du Togo. Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET), candidat malheureux à la présidentielle d’Avril 2015, fait sa part d’analyse axée sur trois points essentiels à l’alternance : la volonté du régime au pouvoir, une bonne stratégie de l’opposition, enfin et surtout une méthode efficace pour rompre avec le vote ethnique, identitaire et sécuritaire. Voici son analyse !

Au Togo, il y a une chose qui ne change jamais, c’est que dès qu’il y a alternance dans un pays, tout le monde s’empresse de faire des parallèles avec la situation togolaise. L’alternance subite qui se déroule actuellement en Gambie ne déroge pas à la règle, ceci d’autant plus que la Gambie était, avec le Togo, les deux seuls pays de l’Afrique de l’Ouest qui ne connaissait ni limitation de mandats, ni réelle alternance, si on prend en compte la filiation biologique de notre président à nous.

J’aimerais faire une série de trois observations sur le parallèle entre l’alternance Gambienne et la situation togolaise.

La première est que l’alternance est d’abord une histoire d’homme et non de système politique. Et en Afrique, c’est celui qui est au pouvoir qui fait l’alternance. Bongo n’a pas voulu, ça ne s’est pas fait. Jammeh et Compaoré (il faut souvent le préciser, il aurait fait le choix de rester dans son palais et faire comme Bongo qu’il serait aujourd’hui au pouvoir) ont accepté partir en protégeant et/ou respectant leur peuple. Je ne parle pas des potentats de l’Afrique Centrale, qui modifient leurs constitutions tous les 10 ans. Donc l’alternance est plus à mettre à l’actif du président sortant, que d’un peuple qui de toute les façons, finit par se lasser de ses dirigeants.

Notre président peut tout à fait naturellement décider de ne pas se présenter en 2020. Ce qui est particulier avec les dictateurs, c’est que la découverte que leur peuple ne les aime plus ou pas leur crève le cœur. Si l’opposition dans son ensemble avait participé aux présidentielles de 1993, Eyadema aurait certainement laissé le pouvoir. Son fils n’est pas un dictateur, et l’amour passionnel du peuple n’est pas son objectif premier. Ce qui est somme toute normal.

Ma seconde observation est que toutes les oppositions ne se valent pas. Yaya Jammeh a sans doute rendu un immense service à son pays en faisant enfermer tous les leaders politiques avant les élections. Ceci a rendu possible le choix d’une personne consensuelle, qui, chose inouïe, a même démissionné de son parti pour se mettre au service du collectif. Chez nous, c’est le collectif qui se met au service d’une personne et son parti.

Il suffit de regarder les couleurs de Cap2015 pour comprendre la distance qui nous sépare des Gambiens. Je me souviens que lors des discussions de notre fameux conclave, nous avions butté sur la question de gestion du pouvoir après la victoire. Tous les partis soutenaient que le victorieux devaient s’engager à faire un seul mandat, sauf un seul grand parti qui se refusait à cette clause. Il est évident que quand vous partez sur cette base, difficile de se faire confiance et avancer.

Pour finir, le Togo est esclave du mal ethnique. Avant d’entrer en politique, je trouvais qu’on exagérait un peu sur le mal ethnique, mais mon immersion dans le microcosme m’a fait découvrir une autre réalité. Le vrai opposant ne vient pas du nord. Résultat, le nord continue et va continuer à voter utile pour le meilleur candidat du nord.

L’argument utilisé pour battre les trois candidats du nord de l’élection de 2015 n’était pas de dire qu’on était mauvais, mais plutôt que voter pour nous risquait de permettre à Fabre de passer. Et ça a bien marché. Les populations du nord sont persuadées que le vote d’un homme du sud va les renvoyer à l’époque d’Ablodé (avec les redoutables abongo sodja), puis aux années 90, quand la chasse des nordistes a été malheureusement organisée au sud.

Nous même, les épithètes de taupe, la méfiance, la défiance ont souvent refroidit notre engagement, pendant que nous subissions de plein fouet les représailles de nos frères, qui nous accusent de trahison.

Voilà assez rapidement mon analyse de la situation. Nous aurons une alternance rapide si l’exécutif le veut, l’union de l’opposition est impossible avec les dirigeants actuels de l’opposition (moi y compris), et il faut mettre une stratégie pour contrer le vote identitaire et sécuritaire.

Les trois conditions peuvent-elles être réunies d’ici 2020. Bien sûr que. Donc, oublions les Gambiens et cultivons notre jardin. En attendant le messie.

Gerry Komandega Taama



Togo Fête de l'Indépendance : l'ADDI, l'un des grands absents au défilé militaire et civil 
Togo Gerry Taama : 'La célébration du 27 avril est une activité républicaine' 
Togo 57eme anniversaire de l’indépendance du Togo : Le Mmlk invite les acteurs politiques à privilégier l’intérêt national 
Togo Ce que pense Agbéyomé Kodjo des 57 années d'indépendance de la nation 
Togo Les députés dressent le bilan de l'appui du PNUD à l'Assemblée Nationale 
Togo Fête de l'indépendance/Offices religieux: Les musulmans ouvrent le bal 
Togo Nicolas Lawson désavoue le CNSD et sa composition 
Togo Ce que pense le Mmlk de la demande d’adhésion du Maroc, de la Tunisie et du Tchad dans la Cedeao. 
Togo Laurent Lawson : Les réformes politiques, une affaire de ceux qui ont échoué 



PLUS COMMENTÉS
1 Togo  - Coupe de l'indépendance : Le Col Guy Akpovy complimente les deux équipes gagnantes

2 Togo  - Togbui Dagban-Ayivon prend le forum national sur le foncier avec des pincettes

3 Togo  - Tokoin-Doumassessé, pollué par ses propres habitants

4 Togo  - Fête de l'Indépendance : l'ADDI, l'un des grands absents au défilé militaire et civil

5 Togo  - Gerry Taama : 'La célébration du 27 avril est une activité républicaine'

PLUS POPULAIRES
1 Togo  - Au Fesnad 2017, toutes les cultures se valent

2 Togo  - Coupe de l'indépendance : Le Col Guy Akpovy complimente les deux équipes gagnantes

3 Togo  - Finale/Coupe de l'Indépendance: Réactions des coachs de l'As Togo Port et de l'Athléta

4 Togo  - Togbui Dagban-Ayivon prend le forum national sur le foncier avec des pincettes

5 Togo  - Fête de l'Indépendance : l'ADDI, l'un des grands absents au défilé militaire et civil


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Mention légale | Partenaires