L O M É  L I V E S  H E R E !

Togo - Gerry Taama : 'Vive la Gambie, vive le Togo'


Politique
iciLome | | 9 Commentaires |Imprimer Lu : 756 fois

Depuis la semaine dernière, la Gambie a connu l’alternance politique après 22 ans de gouvernance de Yaya Jammeh. Depuis lors, les Togolais, les acteurs politiques en l'occurrence, ne cessent de commenter l’actualité gambienne en comparaison à la situation politique du Togo. Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET), candidat malheureux à la présidentielle d’Avril 2015, fait sa part d’analyse axée sur trois points essentiels à l’alternance : la volonté du régime au pouvoir, une bonne stratégie de l’opposition, enfin et surtout une méthode efficace pour rompre avec le vote ethnique, identitaire et sécuritaire. Voici son analyse !

Au Togo, il y a une chose qui ne change jamais, c’est que dès qu’il y a alternance dans un pays, tout le monde s’empresse de faire des parallèles avec la situation togolaise. L’alternance subite qui se déroule actuellement en Gambie ne déroge pas à la règle, ceci d’autant plus que la Gambie était, avec le Togo, les deux seuls pays de l’Afrique de l’Ouest qui ne connaissait ni limitation de mandats, ni réelle alternance, si on prend en compte la filiation biologique de notre président à nous.

J’aimerais faire une série de trois observations sur le parallèle entre l’alternance Gambienne et la situation togolaise.

La première est que l’alternance est d’abord une histoire d’homme et non de système politique. Et en Afrique, c’est celui qui est au pouvoir qui fait l’alternance. Bongo n’a pas voulu, ça ne s’est pas fait. Jammeh et Compaoré (il faut souvent le préciser, il aurait fait le choix de rester dans son palais et faire comme Bongo qu’il serait aujourd’hui au pouvoir) ont accepté partir en protégeant et/ou respectant leur peuple. Je ne parle pas des potentats de l’Afrique Centrale, qui modifient leurs constitutions tous les 10 ans. Donc l’alternance est plus à mettre à l’actif du président sortant, que d’un peuple qui de toute les façons, finit par se lasser de ses dirigeants.

Notre président peut tout à fait naturellement décider de ne pas se présenter en 2020. Ce qui est particulier avec les dictateurs, c’est que la découverte que leur peuple ne les aime plus ou pas leur crève le cœur. Si l’opposition dans son ensemble avait participé aux présidentielles de 1993, Eyadema aurait certainement laissé le pouvoir. Son fils n’est pas un dictateur, et l’amour passionnel du peuple n’est pas son objectif premier. Ce qui est somme toute normal.

Ma seconde observation est que toutes les oppositions ne se valent pas. Yaya Jammeh a sans doute rendu un immense service à son pays en faisant enfermer tous les leaders politiques avant les élections. Ceci a rendu possible le choix d’une personne consensuelle, qui, chose inouïe, a même démissionné de son parti pour se mettre au service du collectif. Chez nous, c’est le collectif qui se met au service d’une personne et son parti.

Il suffit de regarder les couleurs de Cap2015 pour comprendre la distance qui nous sépare des Gambiens. Je me souviens que lors des discussions de notre fameux conclave, nous avions butté sur la question de gestion du pouvoir après la victoire. Tous les partis soutenaient que le victorieux devaient s’engager à faire un seul mandat, sauf un seul grand parti qui se refusait à cette clause. Il est évident que quand vous partez sur cette base, difficile de se faire confiance et avancer.

Pour finir, le Togo est esclave du mal ethnique. Avant d’entrer en politique, je trouvais qu’on exagérait un peu sur le mal ethnique, mais mon immersion dans le microcosme m’a fait découvrir une autre réalité. Le vrai opposant ne vient pas du nord. Résultat, le nord continue et va continuer à voter utile pour le meilleur candidat du nord.

L’argument utilisé pour battre les trois candidats du nord de l’élection de 2015 n’était pas de dire qu’on était mauvais, mais plutôt que voter pour nous risquait de permettre à Fabre de passer. Et ça a bien marché. Les populations du nord sont persuadées que le vote d’un homme du sud va les renvoyer à l’époque d’Ablodé (avec les redoutables abongo sodja), puis aux années 90, quand la chasse des nordistes a été malheureusement organisée au sud.

Nous même, les épithètes de taupe, la méfiance, la défiance ont souvent refroidit notre engagement, pendant que nous subissions de plein fouet les représailles de nos frères, qui nous accusent de trahison.

Voilà assez rapidement mon analyse de la situation. Nous aurons une alternance rapide si l’exécutif le veut, l’union de l’opposition est impossible avec les dirigeants actuels de l’opposition (moi y compris), et il faut mettre une stratégie pour contrer le vote identitaire et sécuritaire.

Les trois conditions peuvent-elles être réunies d’ici 2020. Bien sûr que. Donc, oublions les Gambiens et cultivons notre jardin. En attendant le messie.

Gerry Komandega Taama



Togo Dernier jour de la manifestation des OSC : Le groupe des six partis politiques rejoint la lutte 
Togo Nicodème Habia donne la liste des plus méchants hommes du Togo 
Togo Le Parti des Togolais développe le leadership chez les jeunes 
Togo Dama Dramani sur le chantier du nouveau siège de l'Assemblée Nationale 
Togo Les femmes tirées vers des standards plus élevé en politique 
Togo Un 'régime autoritaire' au Togo 
Togo L’OBTUS a sensibilisé la jeunesse de Tsévié sur la bonne gouvernance 
Togo Dr William Kuessan fustige les « anomalies » dans la commission sur les réformes politiques 
Togo L'ethnie, le problème qui préoccupe le parti de Komi Wolou 




 9   complicite | Mardi, 6 Décembre 2016  - 2:17
  Arretez de prendre tous les Togolais pour des cons Mr Tammaa ou Tammar.Un vendu comme toi ne peut pas dire autre chose.Penses tu que le Togo peut decider sans laval de la France? et dire que Faure n'est pas un Dictateur? honte a toi.Tu feras mieux d'aller refaire tes dents avec tout l'argent des contribuables Togolais que tu as recu.Tu sais que tu finiras mal tres mal car tu es complice de la misere du peuple.

 8   Reponse a Mr Tamaa | Mardi, 6 Décembre 2016  - 2:10
  Je peux te jurer cher Mr Tammaa que tout ce que tu racontes si toutes ces conditions sont renues avec toi comme candidat, jamais vous n'allez pas prendre le pouvoir.Tu sais pourquoi? tu as la reponse.Il est evident que le probleme nord sud est un faux probleme.Ton ignorance me surprend tu veux savoir qui decidera de l'alternance au Togo? La France mon cher ignorant.

 7   Tilte? | Lundi, 5 Décembre 2016  - 20:48
  Un messie, nous n'en voulons plus. Nous voulons une vraie démocratie où le peuple choisit son chef et peut le renvoyer par une élection libre et démocratique s'il ne répond plus à ses aspirations. Nous ne voulons pas d'une démocratie octroyée par quelqu'un qui pense qu'il sait plus que le peuple, le type de gouvernance qui lui convient.

 6   lebonapache | Lundi, 5 Décembre 2016  - 17:55
  Le nordiste a souvent l'habitude de dire les choses vertement et c'est le cas de TAMA qui vient de faire une très belle analyse. Ce sont des vérités que les hommes politiques contournent au moment meme où la population est consciente de ses prises de position. L'opposant du sud l'a dans son ventre mais ne l'extériorise pas. Ce qu''on demande qu'il fassent table rase de ce passé pour rassurer qu'une fois au pouvoir, ils ne marginaliseront pas le camp adverse et le tour est joué.

 5   Balon | Lundi, 5 Décembre 2016  - 16:23
  Mes cher compatriotes. Pourquoi accordez-vous une importance aux discours de cet homme integre, produit du RPT-Unir, positionne pour d autres fins?La Gambie n est pas le Togo, l ignorez-vous?
Si cet homme se rejouit du depart du dictateur gambien, c est qu il souhaite et se rejouirait par voie de consequence de la defaite de Faure du moins son depart. Ce n est pas possible. Ils mangent tous dans le meme plat. Qu il cesse de grossir la liste des opposants. Ce petit nous trompe avec ses discours rempli de la cane a sucre made in Havana.

 4   Solingobou | Lundi, 5 Décembre 2016  - 15:33
  Je pense que Gerry a fait une tres bonne analyse. En plus, les pretendants au pouvoir qui sont du Sud doivent essayer de calmer et rassurer la population du Nord et les convaincre que la periode des Ablode soldier est revolue. Ils doivent insister sur le respect des droits de l'homme et parler un langage de paix. Paradoxalement, ce n'est pas le cas. Il n y a pas une volonte claire des "opposants" de reconcilier le peuple togolais. Il y a tant de personnes qui ne font qu'insulter, que ce soit dans les commentaires ou dans les discours politiques.

 3   Abalo | Lundi, 5 Décembre 2016  - 12:58
 
"Les populations du nord sont persuadées que le vote d’un homme du sud va les renvoyer à l’époque d’Ablodé (avec les redoutables abongo sodja), puis aux années 90, quand la chasse des nordistes a été malheureusement organisée au sud."

Gerry, Quand bien tu viens d’afficher une très bonne analyse, je pense que vous les opposants du Nord devraient faire votre travaille. Vous devez éduquer nos frères et sœurs du Nord que si un jour un Sudiste est élu président du Togo, on ne retournera pas au passe. Et de leur expliquer que l’alternance est dans leur intérêt.
J’ai sillonne le Nord, et j’ai pleuré. Nos frères et sœurs du Nord souffrent plus que les gens du Sud. Il faudrait que vous les opposants du Nord leur expliquez que l’alternance changerait leur condition de vie à long terme.
Pour ce qui concerne Fabre et ses collègues, j’espère que ce qui vient de se passer en Gambie leur a ouvert les yeux.
Finalement, nos frères et sœurs du Nord doivent savoir que l’alternance ne dépend pas d’un sudiste ou d’un nordiste, mais dépend de tous les Togolais du sud au nord, de l’ouest à l' est.


 2   DJIBB | Lundi, 5 Décembre 2016  - 12:8
  OH GERRY FAITES DE SERIEUSES ANALYSES.
VOTRE SECONDE OBSERVATION ET VOTRE CONCLUSION LAISSENT A DESIRER

 1   RIOT GUN | Lundi, 5 Décembre 2016  - 11:30
  Belle analyse
PLUS COMMENTÉS
1 Togo  - Cour d’Assises : deux individus condamnés pour complicité d’homicide

2 Togo  - Confidence du pasteur Edoh Komi sur l'état piteux de Massouhouin

3 Togo  - Championnat D2: Le programme complet des duels de la 13eme journée

4 Togo  - La population de Massahouin ne compte pas se laisser faire!

5 Togo  - Décès d'une fille suite à un avortement: Son tuteur explique les faits

PLUS POPULAIRES
1 Togo  - Cour d’Assises : deux individus condamnés pour complicité d’homicide

2 Togo  - Championnat D2: Le programme complet des duels de la 13eme journée

3 Togo  - Confidence du pasteur Edoh Komi sur l'état piteux de Massouhouin

4 Togo  - Championnat D1: Les affiches de la 15eme journée

5 Togo  - La population de Massahouin ne compte pas se laisser faire!


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Mention légale | Partenaires